EXPRESSION PUBLIQUE

Le Forum politique, libre et citoyen
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Les jeux ne connaissent pas la crise

Aller en bas 
AuteurMessage
Bassai dai
Senior
Senior
Bassai dai

Nombre de messages : 173
Date d'inscription : 21/12/2006

Les jeux ne connaissent pas la crise Empty
MessageSujet: Les jeux ne connaissent pas la crise   Les jeux ne connaissent pas la crise Icon_minitimeMar 03 Fév 2009, 17:44

Les jeux ne connaissent pas la crise Loto

Citation :


PARIS (AFP) — Chevaux, Loto, casinos : les Français ont dépensé près de 2,4 millions d'euros à l'heure en 2008 aux jeux - autant qu'en 2007 - malgré l'interdiction de fumer dans les lieux publics et la crise économique, une constatation qui n'étonne pas les spécialistes interrogés par l'AFP.

En 2008, les trois opérateurs français ont totalisé au moins 21,018 milliards (20,947 en 2007) d'euros de recettes : 9,262 milliards d'euros pour le PMU (+ 4,8 %, 11e année consécutive de croissance); 9,203 milliards d'euros (- 1,1 %, seconde année de baisse) pour la Française des Jeux (FDJ); 2,553 milliards d'euros de produit brut des jeux (PBJ, différence entre mises et gains, une baisse historique de 8,4 %) pour les 197 casinos français qui ne communiquent jamais leur chiffre d'affaires global.

"En 2008, constate Robert Rochefort, président du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Credoc), les Français ont maintenu le niveau de leurs dépenses de jeu, devenu un objet de consommation comme un autre".

Selon ce spécialiste de la consommation, "le jeu n'a pas souffert de la crise car l'argent en tant qu'objet a de plus en plus d'importance dans la société". De plus pour M. Rochefort, l'année 2008 a connu des "innovations marketing" (nouveau Loto, augmentation de taux de redistribution de certains paris du PMU, possibilité de jouer un ou deux centimes d'euros dans les machines à sous de certains casinos).

Une analyse partagée par le sénateur François Trucy (UMP, Var), auteur de deux rapports d'information sur les jeux de hasard et d'argent. "Le PMU, dit-il fait preuve d'un gros dynamisme" pour se préparer à l'ouverture du marché des paris sportifs en ligne à la concurrence fin 2009.

Sur son site internet, le PMU a en effet enregistré 540 millions d'euros de paris hippiques en 2008 alors que la FDJ comptabilisait sur le sien 219 millions d'euros.

"L'interdiction de fumer a surtout pénalisé les jeux qui fonctionnent sur un mode très répétitif", souligne le Pr Jean-Luc Vénisse, directeur du pôle universitaire d'addiction et de psychiatrie au CHU de Nantes. Ce spécialiste du jeu compulsif cite le Rapido (- 18,7 %) de la FDJ ou les machines à sous (plus de 90 % de l'activité des casinos qui ont connu une baisse de 8,4 % de leur CA). "Il y a de fortes relations, explique-t-il, entre l'alcool, le tabac et les jeux d'argent".

Mais, ajoute le Pr Vénisse, "il est très difficile de mesurer l'impact de la crise économique" sur le secteur des jeux d'argent et de hasard. "Il n'est pas certain que la crise, qui provoque précarité et difficultés économiques pour des ménages, soit directement corrélée avec le niveau des sommes consacrées au jeu". Pour lui, "il y a une dimension irrationnelle dans les dépenses d'argent au jeu".

Le Pr Vénisse attend beaucoup des résultats de l'enquête épidémiologique lancée cette année auprès de 10.000 personnes pour mesurer les phénomènes d'addiction au jeu dans la société française.

De son coté, le sociologue des jeux, Jean-Pierre Martignoni assure que la crise économique a forcément un "impact sur les jeux puisqu'elle affecte le pouvoir d'achat et le moral des ménages". Le contrôle aux entrées obligatoire depuis le 1er novembre 2006 et l'interdiction de fumer depuis le 1er janvier "ont bien eu un impact mais la hausse du prix de l'essence cette année n'est pas étrangère aux difficultés des casinos", dit M. Martignoni qui boucle une étude sur les casinos.

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hjrB9C43DpssBTZ3RRrXmOArWFHg


Je ne sais pas s'il y a un problème de pouvoir d'achat , mais cela n'empêche pas nos compatriotes de dépenser leur fric au PMU et autres jeux de hasard . Les jeux ne connaissent pas la crise Xxsmoker-12e7
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albéricneirret
Senior
Senior
Albéricneirret

Masculin Nombre de messages : 302
Date d'inscription : 23/10/2008

Les jeux ne connaissent pas la crise Empty
MessageSujet: Re: Les jeux ne connaissent pas la crise   Les jeux ne connaissent pas la crise Icon_minitimeMar 03 Fév 2009, 18:26

Oui c'est vrai ! Les jeux de grattage et tirage de toutes sortes font recettes si je puis dire .

Il y a d'une part des gens accrocs à ce genre de phénomène de société. Ils ont une addiction et ne peuvent se passer de "gratter" sinon ils ne sont pas bien et ce même s'ils n'ont pas d'argent. Je les comparerais un peu à un alcoolique qui même s'il n'a pas d'argent ira jusqu'à faire la manche pour se payer sa "drogue".

Il y a une autre catégorie de gens qui, complètement ruinés, ou du moins vivant dans la précarité extrême, espère gagner des sommes mirobolantes qui leur permettraitent de voir l'avenir plus radieux.

Ce sont les deux seuls éléments que personnellement me donnent l'explication de cette augmentation aux jeux divers. Mais il y a peut-être d'autres raisons ... la diversté des jeux par exemple ... la publicité pour ces jeux et la communication pub !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les jeux ne connaissent pas la crise
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Salle de jeux p2 !
» Jeux vidéos - Quels consoles avez vous
» Sites de jeux pour s'amuser en gagnant des cadeaux
» jeux à imprimer
» Pensées rationnelles pour surmonter nos peurs lors d'une crise de panique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXPRESSION PUBLIQUE :: Archives-
Sauter vers: